Le bâton du magicien

(Conte)

C’était un beau vieillard, comme on en voyait alors parfois, se promenant à petits pas, restant dans l’ombre des grands chênes par les journées ensoleillées. Il emmenait toujours avec lui un grand bâton de marche en bois blanc, si ancien qu’il paraissait lustré. Il vivait en ermite dans une sorte de cabane en rondins que nul n’aurait su situer avec exactitude.
Théophile savait qu’il ne lui restait que peu de temps à vivre. Durant sa longue existence, il avait soulagé bien des misères, guéri bien des blessures. Avant de s’en aller, il avait envie de rendre les gens heureux, tout simplement. Il avait décidé qu’ils devraient toutefois passer une épreuve.
Au cous de ses pérégrinations, il rencontra un tout jeune garçon, vêtu de hardes, qui ramassait du petit bois pour en faire des fagots. Il ne les vendait pas bien cher, quand il n’en faisait pas cadeau, mais cela aidait un peu sa famille.
Théophile savait l’enfant un peu en arrière sur le chemin, lourdement chargé et visiblement très fatigué. Il fit tomber à terre son long bâton et se cacha pour retourner chez lui. Le soir-même, le gamin le lui rapportait. Le bâton l’avait guidé au coeur de la forêt. Le vieillard était magicien. Il remercia l’enfant avant de s’enquérir de son plus grand souhait. Celui-ci ne voulut rien pour lui, mais une couverture pour sa grand-mère et de quoi faire un copieux déjeuner pour toute la maisonnée.
Théophile demeura songeur un long moment. Il n’avait pas prévu cela, surtout venant de quelqu’un d’aussi jeune… Finalement, il ne chercha pas plusieurs personnes. Il allait s’attacher au petit, un peu comme une ombre bienveillante. Quand il le verrait donner du peu qu’il possédait, il donnerait aussi. Quand quelqu’un ferait un cadeau au petit, il se verrait remercié au centuple.
En attendant, la nuit allait tomber. Il exauça l’enfant, qui retourna chez lui tout guilleret.
Dès le lendemain, invisible aux yeux de tous, il commençait à distribuer ses largesses, à exaucer les vœux les plus secrets -l’enfant était si généreux et que de belles âmes se préoccupaient de lui, sans qu’il s’en rende compte !
Petit à petit, cela devint le grand sujet de discussion à la veillée… Qui avait reçu quoi ? Comment était-ce arrivé ? Dans quelles circonstances ?… Le dénominateur commun fut facile à trouver…
Curieusement alors, ils furent nombreux à vouloir entrer dans les bonnes grâces de l’enfant, qui ne comprenait vraiment pas ce qui lui valait toute cette attention.
Un soir, au coucher du soleil, alors que tout était devenu silencieux à des lieux à la ronde, un long sifflement traversa les airs. Le long bâton de bois vint se poser tout droit entre les mains de l’enfant, qui comprit aussitôt que le vieillard était parti.
Il se rendit à la cabane et n’y trouva personne. Le magicien s’était bel et bien volatilisé.
Il grandit en force et en bonté. Dans tous ses actes, le bâton semblait le guider. Il apprit à s’en servir à son tour, toujours pour faire le bien.
On dit qu’il a fini par s’installer dans la cabane. Si d’aventure, un jour, au cours d’une promenade, vous rencontriez un bon vieillard, qui venait à laisser tomber son long bâton blanc comme lustré par le temps…

Véronique Vauclaire (2003)

Le bâton du magicien

La présence

Le bâton du magicien

Reiki timer Om 21×3 minutes Bruits de la Forêt (Auto-traitement 1er degré ou Traitement complet) – Vidéo

article suivant

Faire un commentaire