Reiki et taux d’hémoglobine chez l’humain

Une étude scientifique visant à démontrer le rôle équilibrant du Reiki auprès de chaque individu a été menée en 1989.

Le résultat est édifiant et se passe de tout commentaire…

 

« Reiki et taux d’hémoglobine chez l’humain
Les soins Reiki une perspective physiologique
de Wendy Wetzel
Etude publiée dans le Journal of Holistic Nursing, 7, pages 47 à 54, 1989,
But : Le but de cette étude est d’observer les effets du Reiki sur les taux d’hémoglobine et d’hématocrite humains.
Procédure : Les taux d’hémoglobine et d’hématocrite de 48 adultes participant à un cours de Niveau I ont été mesurés. Les caractéristiques socio-démographiques et les motivations ont aussi été examinées. Un groupe ne recevant pas de traitement a servi de groupe de témoins afin que soient enregistrés les changements affectant les taux d’hémoglobine et d’hématocrite lors de circonstances normales.
Résultats : L’utilisation d’un test-T a permis de constater statistiquement l’existence d’une différence significative entre les taux d’hémoglobine et d’hématocrite des participants avant et après le cours, de l’ordre de p>0.01. On a pu observer dans 28% des cas une augmentation et dans les cas restants une diminution. Dans le groupe témoin, dans le même laps de temps, aucun changement n’a été constaté.
Conclusions : Le Reiki a un impact physiologique quantifiable. Les chiffres attestent que l’énergie peut être transférée d’un individu à un autre dans le but de guérir, d’équilibrer et d’accroître la sensation de bien-être. Chez certains individus, les taux mesurés ont augmenté alors que chez d’autres ils ont diminué, ce qui confirme le rôle équilibrant auprès de chaque individu. »

 

DSCN0102

 

VéroV

Reiki et taux d’hémoglobine chez l’humain

Les conserves d’orties

Reiki et taux d’hémoglobine chez l’humain

La quiche aux orties

article suivant

Faire un commentaire