Trouver son Autre

Classé dans : Articles | 0

Tout commence par les mots d’une amie (Ne jamais sous-estimer une guidance involontaire 😉 ) qui me dit que tout n’est pas fini !

Des désillusions amoureuses, qui n’en a pas eues ? Disons que je les ai enchaînées (Ahhhh la symbolique du mot ! ). Et cependant, l’univers continue de semer les informations sous mes pas afin de me guider comme le Petit Poucet les cailloux (Au final, tout n’est question que de chemin… de vie 😉 ) pour me laisser un mot comme une graine plantée au fond du cœur : Espoir.

Comme je suis d’humeur généreuse, je vous donne mes indices (Au moins serons-nous à égalité, vous en saurez autant que moi sur la question ! ).

Premier indice : La légende du fil rouge.

Une légende japonaise dit qu’un fil rouge invisible relierait deux à deux les personnes faites pour être ensemble.

Il y a fort longtemps, un empereur aurait fait appel à une puissante sorcière (Décidément… 🙂 ) pour le conduire à sa future épouse.

La sorcière, qui avait la capacité de voir le fil rouge accroché à son petit doigt, conduisit l’empereur jusqu’à la place du marché où une foule empressée faisait ses courses.

A un étal, une femme mise simplement tenait dans ses bras un nouveau-né emmailloté dans un monceau de linges.

La sorcière s’arrêta devant la femme au regard baissé et dit à l’empereur que son fil s’arrêtait là.

Lui, épouser une pauvresse déjà pourvue d’un enfançon ? D’un large mouvement du bras, il jeta la pauvre femme à terre qui laissa choir son bébé. Le front délicat s’entailla aussitôt profondément sur un caillou et le sang de se mettre à couler. Dans sa colère, il décida tout aussitôt de faire décapiter la sorcière (Décapiter son guide… Sérieux ?! ).

Les années passèrent (Il faut toujours attendre la chute dans les contes, alors un peu de patience, que diable ! ).

L’empereur ordonna à l’un de ses généraux de lui donner sa fille en épousailles (Tous vantaient la beauté et l’infinie douceur de la jeune fille, c’était tentant… ). Un mariage arrangé donc (Of course, gardez donc en mémoire s’il vous plaît que les futurs mariés ne s’étaient jamais vus).

Le jour du mariage, la belle parut devant lui. Ce n’est qu’arrivés dans le temple, en levant le fin voile de soie qui lui couvrait le visage que l’empereur découvrit la marque qu’elle portait au front, cicatrice laissée par son emportement.

Là, je me dis : « Ok ma fille, si la légende dit vrai (C’est souvent le cas des légendes… ), celle-ci nous montre clairement que lorsque deux êtres sont faits pour être ensemble, alors ils finissent toujours par se retrouver. Durant toute leur vie, un fil rouge invisible les relie, même s’ils sont mariés à d’autres personnes, même s’ils pensent être amoureux de quelqu’un d’autre. »

Deuxième indice : La légende des flammes (âmes) jumelles.

La sorcière que je suis est ici en terrain plus connu.

La légende dit qu’il y a bien longtemps de cela, des âmes, pour grandir, auraient décidé d’expérimenter la matière.

Seulement voilà, il y avait un hic (Il y en a toujours un dans les légendes… Sinon cela ne serait pas marrant 😉 ) : Pour entrer dans le corps physique, l’âme prenait trop de place.

Il fut donc décidé de la scinder en deux : une partie plus féminine, une autre plus masculine, même si toutes deux devaient conserver des traces l’une de l’autre et la mémoire cellulaire indélébile de ce qui leur manquait par la force des choses.

Il est dit que c’est la douleur insurmontable de ce manque qui nous fait chercher notre Autre inlassablement, non seulement au cours de cette vie, mais dans toutes les vies que nous traversons.

Et quand nous retrouvons notre Autre ?

Une relation de flammes jumelles, c’est LA relation d’amour, celle dont vous rêvez depuis votre naissance ou peu s’en faut.
Il y a immédiatement une reconnaissance, une sensation de familiarité.
Cette rencontre, même à distance, allume une étincelle dans les coeurs, étincelle faite de joie et d’extase.
Les émotions ressenties sont plus profondes qu’avec une âme sœur ou même que dans toute autre relation amoureuse.
Le lien est si fort que ni l’âge, ni la distance n’ont plus aucune importance.
Ce qui est étrange, c’est qu’il y en a toujours un des deux pour savoir de suite qui ils sont alors que l’autre se pose mille et une questions, cherche à comprendre et se perd dans les affres du doute.
Expérience douloureuse à vivre que l’on appelle la nuit de l’âme.
C’est aussi une relation de travail où les deux se voient en miroir dans l’autre et où les « défauts » qu’ils y trouvent sont ceux qu’ils ont eux aussi à travailler.

Elle se déroule en trois étapes :
– Les retrouvailles,
– La nuit de l’âme (où celui qui doute, qui a peur, qui n’est pas prêt a besoin de s’isoler pour se guérir et se préparer à la fusion),
– La fusion où les deux se retrouvent enfin pour ne plus se quitter.

Et la preuve de tout cela, me direz-vous ?

Jusqu’à très récemment je me serais tue. Des preuves, je n’en avais pas. Ni un début de démonstration, ni le moindre indice dissimulé dans ma manche.

Et puis, enfin, LA découverte !

Troisième indice : L’équation de Dirac.

Un peu de physique quantique à saupoudrer sur votre journée 🙂

Car l’équation de Dirac nous explique l’amour grâce à la physique quantique. C’est la plus jolie, la plus tendre de toutes les équations mathématiques.

Mais qu’est-ce donc que cela ? Forcément, la petite sorcière en moi s’interrogeait.

Dirac y décrit (J’allais dire simplement, mais non, en vrai c’est super compliqué !) le phénomène d’intrication quantique selon lequel « si deux systèmes interagissent pendant un certain temps puis se séparent, nous pouvons les décrire comme deux systèmes différents, mais de manière subtile, ils deviennent un seul système. L’un continue d’affecter l’autre, même à des kilomètres ou des années-lumière. »

La connexion quantique justifie que deux particules qui, à un moment donné ont été jointes, sont encore liées d’une certaine manière, que peu importe la distance qui les sépare, même si elles se trouvent aux extrémités opposées de l’univers, la connexion entre elles est instantanée.

Mais alors… CQFD ! Cela démontrait l’origine aussi bien de la légende du fil rouge que des flammes (âmes) jumelles.

Et tout cela, on en fait quoi ?

Un rituel de magie rose, cela vous dit ?

Puisque nous savons maintenant que notre Autre existe forcément quelque part (Sinon nous n’en aurions pas un tel manque…), alors il ne reste plus qu’à le guider jusqu’à nous. Cela tombe bien, nous sommes encore dans les énergies de la pleine lune des Amoureux !

Rituel

Nous traçons le Cercle avec le pentagramme de protection (le même que pour tout travail magique).

Nous allumons un encens à la rose et une bougie rose (blanche à la rigueur).

Nous récitons trois fois :

 » Moi, (prénom et nom de famille), né(e) le (date de naissance complète avec l’heure) à (lieu de naissance) de (prénom et nom de votre maman) et de (prénom et nom de votre papa) choisit en conscience de retrouver ma flamme jumelle.

A partir d’aujourd’hui, tout dans cet univers se met en place pour que nos retrouvailles puissent avoir lieu.

Par ma présence Je Suis, en lumière d’âme, je le veux ainsi et cela est ! »

On peut aussi se faire tatouer l’équation de Dirac sur le bras gauche (reliance au cœur), dans le sens cœur-main et non en travers du poignet afin de ne pas couper l’énergie. Ce tatouage peut sceller notre rituel en ancrant dans notre être notre volonté de retrouver notre Autre.

Je vous souhaite de belles retrouvailles 🙂

En lumière du cœur,

VéroV

Les relations de flammes jumelles

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *