Adjuvants dans les vaccins

Les vaccins existant depuis quelques années contiennent de nombreux adjuvants dont certains font polémiques. Il est temps de comprendre pourquoi certains montent au créneau.

GARDASIL

contient du borate de sodium :

« Toxicité, écotoxicité –
Autrefois souvent présenté comme guère plus toxique que le sel de table (sur la base de la dose létale 50 estimée à 2 660 mg·kg-1 de masse corporelle) pour l’homme, il a une activité fongicide et insecticide qui laisse penser qu’il ne serait pas neutre pour l’environnement en cas de pollution importante.
Toxique pour l’homme (selon l’INRS par exemple) par voie digestive ou par inhalation. L’ANSM et les centres de pharmacovigilance ont mis en garde sur le caractère reprotoxique ainsi que sur la toxicité aiguë12. Certains groupes ethniques l’utilisent comme additif alimentaire pour l’homme ou l’animal domestique, mais au Canada, l’ACIA demande aux éleveurs et restaurateurs de ne pas l’utiliser en raison d’un « risque inacceptable pour la santé du consommateur » (suite à des mortalités d’adultes ou bébés)13. En France dans les officines l’utilisation d’acide borique nécessite de travailler sous une hotte avec gants, lunettes et masque.
À forte concentration, il est irritant pour les yeux, la peau et les voies respiratoires – en cas d’exposition, même courte – et il peut avoir des effets sur les reins en cas d’exposition prolongée ou d’expositions répétées.
On connaît mal sa toxicité environnementale, sauf pour les insectes contre lesquels il est utilisé comme insecticide autorisé pour certains usages dans certains pays. Les insectes se contaminent en se nettoyant après un contact avec ce produit. Il agit sur leur estomac, conduisant à la mort de l’insecte en une dizaine de jours. Son efficacité persiste plusieurs années dans les endroits secs.
Il est classé reprotoxique 2 (CMR) par la Communauté européenne. Son emploi est désormais règlementé. » – Source Wikipédia

En résumé, le borate de sodium est toxique : il faut le manipuler avec précaution. Il peut entrainer nausées, irritations cutanées, essoufflements, maux de tête et de graves lésions des organes en cas d’empoisonnement sévère. Il peut altérer la fertilité et il y a risque d’effet néfaste pour l’enfant lors de grossesse.

et du polysorbate :

« Les polysorbates sont des produits synthétiques fabriqués à partir de sorbitol (E420) dans un processus en trois étapes. De l’eau est d’abord retirée du sorbitol pour former un sorbitane, qui est ensuite partiellement estérifié avec un acide gras tel que l’acide laurique (en ce qui concerne E432), oléique (ecqc. E433), palmitique (ecqc. E434) ou stéarique (ecqc. E435, E436) — cf. acides gras E570. Enfin, de l’oxyde d’éthylène est ajouté en présence d’un catalyseur pour donner du polysorbate [28,30].  Vraisemblablement cancérigène, nocif, comme tous les polysorbates [26,1,6,9,9′,9″,12] quoique parfois rapporté inoffensif, ou inoffensif dans les proportions utilisées [29,30,25,10]. Additif controversé depuis des décennies [9″,9′], les polysorbates étaient autrefois interdits avant d’être autorisés par des directives européennes [29]. Il est cependant avéré que la substance pure est nocive par ingestion [31,5], elle est aussi reprotoxique, fœtotoxique [31,32,33]. Le produit fini est également soupçonné de contenir des résidus nocifs (éthylènes glycols, dioxane, oxyde d’éthylène) [9,9′,9″] » – Source http://www.additifs-alimentaires.net/E432.php

En résumé, présumé cancérigène, reprotoxique et foetotoxique.

DT POLIO 

contient de l’aluminium :

« l est essentiel que nous levions le sujet de l’écotoxicité de l’aluminium et de son rôle dans les maladies humaines et plus particulièrement celles du système nerveux central dont la maladie d’Alzheimer. Il est évident que nous sommes confrontés quotidiennement à l’aluminium dans des domaines où son innocuité n’a jamais été testée et encore moins démontrée comme la vaccination, l’immunothérapie et les cosmétiques » s’alarme Christopher Exley, professeur en chimie bioinorganique à l’université de Keele et directeur scientifique du meeting.
LIEN CERTAIN. Les études s’accumulent qui suggèrent une responsabilité de ce matériau dans l’augmentation de la maladie d’Alzheimer, de la sclérose en plaque, de la maladie de Crohn, des colopathies fonctionnelles (ou syndrome de l’intestin irritable). L’aluminium est également suspecté comme facteur de la baisse de fertilité masculine. » – Source https://www.sciencesetavenir.fr/sante/alerte-a-la-toxicite-de-l-aluminium_28665

En résumé, l’aluminium joue un rôle dans les maladies du système nerveux central dont Alzheimer, la sclérose en plaque, la maladie de Crohn, les colopathies fonctionnelles, la baisse de fertilité masculine.

INFANRIX EXA

contient du mercure :

« Symptômes – Ils sont nombreux et variés, et dépendent des formes et de la gravité de l’intoxication, car la toxicité du mercure ou de certains de ses composés varie selon les composés ou la forme (liquide ou vapeur..) du mercure.Cette toxicité affecte principalement : les fonctions cérébrales (le mercure est neurotoxique), les fonctions rénales (néphrotoxique), le système endocrinien ; le mercure et est soupçonné d’être un Perturbateur endocrinien, la vie cellulaire : on a montré récemment (2007) que – même à faible dose – il a un effet cytotoxique sur les cellules souches du système nerveux central (de même que de faibles doses de plomb ou de paraquat)1. Il peut affecter la division cellulaire ; le mercure est soupçonné de pouvoir induire ou co-induire certains cancers (On a par exemple observé des cas de leucémie au Japon concomitants à Minamata). Sur le modèle animal, il peut induire des altérations du sang , une apoptose et des aberrations chromosomiques. Certaines intoxications peuvent aussi affecter le champ visuel (voire conduire à la cécité), dont l’intoxication aiguë au mercure et il a été récemment (2015) confirmé que le risque de glaucome augmente statistiquement chez les personnes ayant un taux sanguin de mercure plus élevé que la moyenne (cette étude a aussi mis en évidence un risque accru en cas de faible taux sanguin de manganèse, alors qu’aucune association n’a été découverte pour le plomb et le cadmium sanguin ou l’arsenic dans les urines, selon une étude basée sur 2 600 coréens de 19 ans et plus.Histoire : le mercure comme poison – À l’époque romaine, les criminels condamnés à travailler dans les mines de sulfure de mercure (HgS) avaient une courte espérance de vie. Au Ier siècle, Pline l’Ancien décrivait déjà les symptômes de l’empoisonnement au mercure.
Ce problème reste actuel : aux États-Unis, aujourd’hui, près de 12 % des femmes en âge de procréer ont un taux de mercure sanguin supérieur aux recommandations de l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis. En 2006 une étude menée par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments avait établi qu’en France 32 pour cent des femmes en âge de procréer dépassaient la dose hebdomadaire tolérable provisoire (DHTP) . Le méthylmercure, transmis à l’enfant entre autres lors de la grossesse, affecte le fonctionnement de son cerveau. Une étude en Espagne a établi en 2010 un lien entre la présence de mercure dans les cheveux des enfants (en moyenne 1 μg/g), et des résultats inférieurs lors des tests de langage et de mémoire. » Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Intoxication_au_mercure

En résumé, il est présenté comme totalement inoffensif dans les vaccins par l’OMS. A méditer.

PANDERMIX

contient du squalène :

« En expérimentation animale, le Squalène peut entraîner diverses pathologies auto-immunes (polyarthrites, lupus…).  Toxicité chez l’Homme, chez l’Homme traité avec des vaccins contenant du Squalène, possibilité de formation d’anticorps anti-Squalène avec apparition possible de processus inflammatoires (rougeur au point d’injection, troubles articulaires, musculaires, neurologiques…) Suspecté d’intervenir comme composant (vaccinal) dans le syndrome de la guerre du Golfe persique ? Absence de données sur la reprotoxicité.  » Source : http://www.atctoxicologie.fr/images/Dossier/FRTEC/squalene_frtec.pdf

En résumé, le mot de la fin revient à Jean-Jacques Crèvecoeur qui a une formation en physique quantique théorique (Université de Namur, Belgique), et qui a obtenu le prix du meilleur mémoire belge de physique en 1984, ainsi qu’une bourse de recherche pour accomplir un doctorat en physique quantique. Auteur de plusieurs livres, il a réalisé de nombreuses formations en entreprise. Également philosophe, il s’est spécialisé dans l’étude critique du fonctionnement des sciences, en particulier l’épistémologie de la médecine.  « Pourquoi autorise-t-on de mettre dans le futur vaccin contre la grippe H1N1, un adjuvant tel que le squalène (dans une proportion un million de fois plus importante – j’ai revérifié les calculs, car je n’y croyais pas !), alors que la Chambre des Représentants l’avait reconnu explicitement responsable du syndrome de la première guerre du Golfe, syndrome qui avait rendu 180.000 GI’s malades (25 % des soldats) suite à l’injection du vaccin contre l’anthrax ? À noter que le squalène avait été interdit par un juge fédéral en 2004 ! « 

et du formaldhèyde :

« Quels sont les risques pour la santé et la sécurité ? – Il est très irritant pour la peau, les voies aériennes supérieures et les yeux. – C’est un allergène puissant de la peau et des voies aériennes (eczéma, asthme). – C’est un cancérogène certain chez l’Homme entraînant des risques de cancer nasopharyngé (preuves épidémiologiques), et une possibilité de risques de cancer naso-sinusien. » – Source : http://www.presanse.fr/wpFichiers/1/1/Ressources/File/ASMT/TOXICOLOGIE/ASMT%20TOX%20-%20Fiche%20toxico%20-%20FORMALDEHYDE%20-%20Mai%202012.pdf

En résumé, risque de cancers.

Vaccins hepatite B, hepatite A et R.O.R.

Ils contiennent du thiomersal :

« Il est un dérivé mercuriel et l’on connaît bien les effets toxiques du mercure, vous vous souvenez peut-être des mesures prises afin que chacun abandonne définitivement le ‘thermomètre au mercure’. S’il y avait tant de risques, rien qu’en cassant son thermomètre, imaginez un peu les dégâts provoqués quand il est dans votre corps… Le vaccin hepatite B non seulement contient de l’hydroxyde d’aluminium et également du thiomersal !…

La toxicité du mercure – Amy S. Holmes, M.D., Jane El-Dahr, M.D., Stephanie Cave, M.D.
Ce sujet fort important a été traité à la fois dans le cadre des présentations offertes aux parents et aux médecins et des sessions générales. Lorsqu’elle s’est adressée aux parents, Amy Holmes a commencé par donner les statistiques suivantes : entre 1997 et 1999, on a pu observer une hausse de 2,6 % du taux de tous les handicaps chez les enfants âgés de six à 21 ans, mais l’incidence de l’autisme a connu une augmentation de 26 %! Selon elle, cela signifie que le taux d’incidence actuel de l’autisme est d’environ un pour 250 enfants et, chez les garçons, il passe à un pour 150.
L’une des découvertes les plus intéressantes rapportée par Jane El-Dahr est que les symptômes de l’empoisonnement par le mercure sont similaires à ceux de l’autisme. Les deux comportent les éléments suivants :
* timidité, retrait, indifférence à l’égard des autres, désir de solitude, expression faciale peu marquée
* perte du langage ou carence dans le développement du langage, difficultés à comprendre le langage, problèmes d’articulation, perte d’audition légère à grave
* trouble obsessif compulsif, pensées répétitives, tendance à tourner sur soi, balancements et postures inhabituelles, battements des bras, grimaces, agitation, persévération, hyperactivité
* aversion pour le toucher, sensibilité aux sons et à la lumière
* dépression, manque d’initiative, anxiété, sautes d’humeur, irritabilité, accès de colère (chez les enfants), colère
* troubles de l’attention, altérations de la mémoire auditive et verbale à court terme, déficience/ détérioration intellectuelle, troubles de la pensée abstraite
* difficulté à s’asseoir, à se traîner à quatre pattes et à marcher, tendance à tomber sur le côté, problèmes d’écriture, maladresse, démarche ou posture anormales
* pleurs inexpliqués (chez les nourrissons), comportement automutilatoire (se frapper la tête ou se mordre les mains), marche sur la pointe des pieds, graves problèmes de sommeil, troubles de l’alimentation
* diarrhée, constipation, colite, perméabilité intestinale accrue (‘intestin poreux’), difficultés au plan de l’alimentation
* hypertonie ou hypotonie, faible force musculaire, paralysie cérébrale, sudation, tachycardie (battements cardiaques irréguliers), eczéma
* et bien d’autres encore!
Amy Holmes et Jane El-Dahr ont ensuite nommé des sources possibles d’exposition au mercure (soit chez la mère, pendant la grossesse, soit chez l’enfant, après sa naissance), c’est-à-dire la consommation de poisson ou de fruits de mer, les amalgames dentaires (plombages), les solutions pour lentilles cornéennes (qui renfermaient un type de mercure, le thimérosal, jusqu’en 1998, aux États-Unis), le vaccin Rhogam (mères rhésus négatif), de nombreux vaccins administrés aux enfants (le ROR, par exemple), les vaccins contre la grippe et les gouttes pour les yeux et les oreilles. Ils peuvent en effet tous contenir encore du thimérosal. » Source : http://autreversion.info/Vaccins%20et%20Empoisonnement%20par%20le%20Mercure.htm

Un peu long à résumer…

Depuis le 1er janvier 2018, 11 Vaccins obligatoires : poliomyélite, tétanos, diphtérie, coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C, ce qui représente 10 injections avant les deux ans de l’enfant.

Prenez soin de vous et portez-vous bien !

VéroV

Les adjuvants dans les vaccins sont ils dangereux ?

Mise en garde : Un avis médical est indispensable avant l’application d’un traitement naturel. Seul votre médecin connaît vos antécédents médicaux et les interactions que certaines plantes pourraient avoir avec votre traitement. De plus, je ne saurai être tenu responsable d’une mauvaise utilisation des plantes ou produits que j’aurais conseillés.

 

 

Adjuvants dans les vaccins

Cancer et naturopathie

Adjuvants dans les vaccins

HYPOTHYROÏDIE ET GROSSESSE

article suivant

Faire un commentaire