Des micro-puces dans des médicaments

Micro-puce, définition selon Wikipédia

 » La micro puce ou puce électronique se présente sous la forme d’un petit cylindre d’environ 1 mm de diamètre pour 3 à 4 mm de long environ. Elle contient un code unique. Elle sert à identifier et répertorier les animaux domestiques.

La micro puce, ou circuit intégré (CI), aussi appelé puce électronique est un composant électronique reproduisant une ou plusieurs fonctions électroniques plus ou moins complexes. »

Le 09/11/2010, dans l’article « BigPharma to begin microchipping drugs » signé Mike Adamshttp://www.naturalnews.com/030341_microchips_drugs.html

nous apprenions que des sociétés sont en train d’étudier le moyen de mettre des micro-puces dans les médicaments, les premiers ciblés étant les médicaments anti rejet après transplantation d’organe.

« Novartis AG, l’une des plus importantes sociétés pharmaceutiques dans le monde, a dévoilé un projet afin de commencer à implanter des micro-puces dans des médicaments dans le but de créer une technologie de « pilule intelligente ».

La technologie de micro-puçage est brevetée par Proteus Biomedical à Redwood City, Californie.

Une fois activée par l’acide de l’estomac, la micro-puce intégrée commence à détecter son environnement et à émettre des données à un récepteur utilisé par le patient. Ce récepteur est également un émetteur qui peut envoyer les données par Internet à un médecin.

Une question se pose toutefois : Quels produits chimiques ou quels métaux lourds sont-ils présents dans la micro-puce elle-même ? Une micro-puce qui transmet des données doit évidemment posséder une source d’énergie, ce qui signifie qu’elle doit avoir une très petite batterie ou un genre de condensateur.

Les matériaux utilisés dans les condensateurs et les batteries, à ma connaissance, sont toxiques pour le corps humain et ne devraient jamais être avalés.

Les micro-puces ne sont pas de la nourriture et le fait de les avaler semble dangereux pour votre santé, particulièrement si vous ingérez plusieurs micro-puces par jour. »

Petit rappel en aparté : Peu importe au fond qu’elles soient composées ou non avec des ingrédients soi-disant comestibles, les avaler représente un réel danger pour la santé. Les fréquences des ondes radio utilisées dans tout dispositif RFID, cassent les hélices d’ADN des cellules, permettant ainsi la mutation des cellules et le développement de tumeurs.

« De plus, Novartis ne prévoit apparemment pas de réaliser des essais cliniques qui pourraient prendre en compte les problèmes de sécurité liés à l’ingestion de micro-puces. « Novartis ne s’attend pas à devoir conduire des essais cliniques approfondis afin de prouver que les nouveaux produits fonctionnent », rapporte Reuters. « A la place, son but est de réaliser de soi-disant tests de bio-équivalence afin de montrer que ce sont les mêmes que les originaux. » (http://www.reuters.com/article/idUSTRE6A754720101108)

A noter que les laboratoires pharmaceutiques revendiquent d’ores et déjà le droit d’entrer au domicile des patients pour surveiller la prise de leurs « traitements », et le nouveau projet de loi sur la psychiatrie en France prévoit un suivi contraignant des personnes qu’on aura décidé de placer sous médication, même en ambulatoire. »

Dans un article paru le 20/01/2012 dans le Figaro.fr santé signé Pauline Fréour, nous pouvons constater que la démarche s’est concrétisée en Grande-Bretagne…

« Les puces comestibles pourraient être ingérées seules dans une gélule placebo sucrée, ou intégrées à un médicament – au risque toutefois que le comprimé, volumineux, ne devienne plus dur à avaler. Le pack qui devrait être proposé en Grande-Bretagne dans quelques mois comprendra des gélules à absorber à chaque prise de médicament, un patch adhésif à changer chaque semaine, et un logiciel pour recueillir les données. Son prix devrait atteindre les 50 livres (60 euros) par mois, à la charge du patient.

Ce produit s’adresse en priorité aux personnes qui suivent des traitements compliqués et/ou de longue durée, et qui sont donc susceptibles de ne pas respecter les recommandations de leur médecin.

Protheus affirme avoir testé le système lors d’essais cliniques sur des patients souffrant de tuberculose, de troubles psychiatriques, de problèmes cardiaques, d’hypertension et de diabète. Selon le Financial Times, l’entreprise a aussi conclu un partenariat avec le laboratoire suisse Novartis pour adjoindre ses puces au Diovan, un médicament destiné à abaisser la pression artérielle. »

et qu’il était à l’étude au Danemark d’après l’article « Médicament ostéoporose » paru sur le site ooreka pour le traitement de l’ostéoporose…

« Une étude datant de février 2012 indique qu’une micro-puce capable de libérer des médicaments dans le sang a été testée au Danemark. Cet implant, commandé sans fil, permettrait d’éviter les fastidieuses injections que nécessite le traitement par parathormone (tériparatide). L’étude tend à prouver que la puce délivre le médicament dans le sang avec la même efficacité que les injections quotidiennes. »

Un article du 09/07/2014 signé Michel Janva, paru sur le blog Le Salon Beige, nous fait part d’une micro-puce contraceptive financée par la Fondation Bill Gates. D’une durée de vie de 16 ans, elle est activable et désactivable, et pourrait être mise sur le marché dès 2018. Les tests pré-cliniques étaient programmés pour 2015. Elle a été élaborée dans le cadre d’un programme de contrôle des naissances. Elle pourrait être activée pour empêcher certaines personnes ou certaines catégories de personnes d’avoir des enfants.

Enfin, la traçabilité des données pose un réel problème d’intégrité et de vie privée. Personne en effet ne souhaite faire savoir qu’il prend tel ou tel médicament, ni ne souhaite que ces informations puissent être divulguées ou interceptées par une tierce personne.

N’oublions pas que derrière tout cela se cachent encore des marchés pharmaceutiques colossaux, comme nous le dévoile l‘article paru sur le site Intelligence artificielle et Transhumanisme le 05/07/2015 signé Jaeva à propos de l’association entre Teva et Microchips Biotech pour l’utilisation de micro-puces délivrant des médicaments :

« Selon les termes de l’accord, Teva paiera à l’entreprise américaine 35 millions de dollars sous la forme d’investissement de fonds propres et de frais d’accès à la technologie. En échange, Teva pourra utiliser le système pour administrer les médicaments visant à traiter un type spécifique de maladies. Si cet essai fonctionne, Teva aura la possibilité d’étendre ensuite le programme à plusieurs domaines thérapeutiques supplémentaires et des applications de perception brevetées par Teva. »

 

VéroV

 

Sources:

http://ledormeur.forumgratuit.org/t142-lindustrie-pharmaceutique-va-commencer-a-inserer-des-micro-puces-dans-des-medicaments

http://micro-puce-dans-des-medicaments-ils vont commencer-a-en-inserer (Site Sain et Naturel)

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/01/20/17074-puce-comestible-pour-bien-prendre-ses-medicaments

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/07/voil%C3%A0-la-micro-puce-contraceptive

https://osteoporose.ooreka.fr/comprendre/medicament-osteoporose

iatranshumanisme. com

 

Des micro-puces dans des médicaments

Hémorroïdes : plantes ou nanos ?

Des micro-puces dans des médicaments

Comment se régaler sans nanoparticules ?

article suivant

Faire un commentaire