Pilule abortive en libre accès aux adolescentes

17 janvier 1975 – Loi Veil : L’Assemblée Nationale légalise l’avortement en France.

 4 juillet 2001 – nouvelles mesures applicables à la loi Veil  : Permettent aux mineures non émancipées de se faire avorter sans l’accord de leurs parents, ni même qu’ils soient au courant. Il devient donc impossible aux parents qui le souhaiteraient de guider leur enfant dans ses choix. Parce qu’à la base, ce n’est que cela : l’aboutissement d’une contraception mal conduite qu’il faut gérer au mieux pour limiter la casse..

La « pilule du lendemain » est en fait une pilule abortive. 74 % des boites délivrées en aout 2002 étaient destinées aux mineures.

Les pharmaciens, les centres de planification et les infirmières scolaires la leur délivrent gratuitement et anonymement.

Deux produits sont sur le marché : le RU 486 + Prostaglandines et le méthotrexate. Ils bloquent  l’implantation de l’oeuf non encore implanté ou expulsent l’embryon déjà implanté, selon le cas.

 

Le RU 486 + Prostaglandines en quelques mots

Il s’agit ici d’un cocktail chimique composé de 3 capsules de RU 486 (hormone synthétique), de prostaglandines (molécules biochimiques 125 fois plus élevées que celles produites par notre corps), d’analgésiques de type narcotique et d’antibiotiques.

Pour être efficace, le mélange doit être administré entre la cinquième et la septième semaine de grossesse.

Contre-indications formelles :

  • Asthme
  • Malnutrition
  • Diabète
  • Epilepsie
  • Insuffisance rénale
  • Age (+ de 35 ans)
  • Problèmes respiratoires
  • Grossesse de + de 50 jours
  • Grossesse ectopique (en dehors de l’utérus)
  • Allergie aux prostaglandines
  • Troubles de l’hémostase (coagulation)
  • Anémie
  • Corticothérapie
  • Problèmes cardio-vasculaires (angine, syndrome de Raynaud, arythmie, hypertension, insuffisance cardiaque)
  • Tabac ou arrêt du tabac depuis – de 2 ans

Effets secondaires :

  • Crampes sévères
  • Saignements abondants de 7 à 30 jours
  • Vomissements, nausées, diarrhées
  • Fatigue extrême
  • Hypotension artérielle
  • Elévation de la température
  • Chute du système immunitaire
  • Choc anaphylactique
  • Difficulté respiratoire
  • Rougeur de la peau
  • Douleurs à l’estomac
  • Ralentissement du rythme cardiaque
  • Effets tératogènes
  • Effets inconnus à long terme sur : fertilité, cycles menstruels, système endocrinien, système immunitaire, santé des futurs embryons et des futurs enfants

 

Le méthotrexate en quelques mots

Le méthotrexate est utilisé en chimiothérapie par injections intramusculaires ou intraveineuses.

Il est toxique pour les cellules de la moelle osseuse et les cellules digestives.

Il présente un risque de mucite (inflammation des muqueuses digestives).

Il peut également générer une hépatite.

Contre-indications formelles :

  • Insuffisance hépatique
  • Insuffisance rénale
  • Insuffisance respiratoire
  • Infection chronique (tuberculose, VIH,…)
  • Vaccination avec un vaccin vivant (fièvre jaune,…)
  • Intolérance au gluten
  • Allaitement
  • Grossesse
  • en association aux salicylés, aux médicaments contenant de la phénytoïne, du probénécide, du triméthoprime et de la phénylbutazone

Effets secondaires du méthotrexate :

  • Nausées secondaires, fortes hémorragies et crampes chez 80 % des femmes
  • Nausées, diarrhée, vomissements chez 1/4 à 1/3 des femmes
  • Fièvre, anémie, toux sèche, fibrose pulmonaire, lésions cutanées, nausées, problèmes osseux, troubles de la coagulation sanguine, hématomes

 

Trois solutions s’imposent

  • Communiquer avec les jeunes filles (c’est tout de même de leur corps dont il est question ici), tant à propos de la contraception, que des risques des « pilules du lendemain », que du respect que l’on se doit à soi-même.
  • Leur laisser à disposition des préservatifs sans qu’elles aient à les demander et sans les juger.
  • Si la grossesse est avérée et qu’il convient d’avoir recours à l’IVG, préférer un avortement traditionnel (dilatation – aspiration – curetage), 15 à 20 minutes sous anesthésie locale.

 

VéroV

 

Sources :

  • Méthotrexate Bellon – Eureka santé par Vidal
  • L’avortement par cocktail chimique – Regroupement des centres de santé des femmes du Québec
  • Grossesse non désirée à l’adolescence – Doctissimo
  • Méthotrexate – Santé médecine journal des femmes
  • Une pilule pour avorter rapidement et facilement ? – Le réseau canadian pour la santé des femmes
  • L’interruption volontaire de grossesse – Caducee?net

Mise en garde : Un avis médical est indispensable avant l’application d’un traitement naturel. Seul votre médecin connait vos antécédents médicaux et les interactions que certaines plantes pourraient avoir avec votre traitement. De plus, je ne saurai être tenu responsable d’une mauvaise utilisation des plantes ou produits que j’aurais conseillés.

 

Pilule abortive en libre accès aux adolescentes

Tchernobyl : irradiations et cancers sans frontière

Pilule abortive en libre accès aux adolescentes

Shampoing déstressant en salon

article suivant

Il y a un commentaire

  1. Chantal L'HOIR

    Quel courage d’oser le dire
    Merci madame Vauclaire, je peux comprendre l’avortement chez des jeunes
    Mais le banaliser, avec des cocktails de cet envergure, je pense qu’on a un système financier de dépendance qui veut détruire nos jeunes
    Ce sont de nouvelles guerres…Entre le tabac la nourriture et cela
    tout est fait pour qu’ils ne vivent pas vieux

Faire un commentaire